Page:Hamilton - En Corée, esquisse historique.djvu/39

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


EN CORÉE



CHAPITRE PREMIER


AUTOUR DE LA CÔTE. — MANQUE DE CONNAISSANCES TOPOGRAPHIQUES. — FLORE DES ÎLES. — VOYAGEURS OUBLIÉS. — SUPERSTITIONS ET CROYANCES. — CROQUIS D’HISTOIRE.


FÉTICHES, PRÈS DE SÉOUL

Malgré le travail hydrographique exécuté dans le passé par les Japonais sur les côtes de Corée, on connaît mal encore les nombreuses îles et archipels, les bancs et les récifs qui font de ses bords la terreur de tous les marins. Jusqu’au voyage de l’Alceste et de la Lyre en 1861, la position de ces groupes détachés d’îlots rocheux n’était marquée sur aucune des cartes japonaises ou chinoises de l’époque. Dans la carte de l’empire préparée par les jésuites à Pékin, au dix-septième siècle, l’espace à présent occupé par l’archipel coréen était couvert par un éléphant dessiné — signe conventionnel d’ignorance usité par les