Page:Henri IV - Lettres Missives - Tome1.djvu/5

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.


PRÉFACE.
――――

L’importance et l’intérêt des lettres de Henri IV avaient dès longtemps été aperçus ; mais on n’avait publié que des parcelles de cette royale correspondance, aussi nombreuse que variée.

Après quelques lettres politiques, dont la publication était réclamée par les événements du jour, et qui furent immédiatement imprimées, les deux premiers ouvrages, et les plus dignes de considération, qui aient réuni une série de lettres d’Henri IV, sont les Mémoires de deux grands ministres : Mornay et Sully. L’un a surtout fait connaître les lettres qu’il avait lui-même rédigées ; l’autre celles qui prouvent la confiance et la célèbre amitié dont son Roi l’honorait. Plus tard on publia quelques correspondances diplomatiques[1]. L’Allemagne protestante rechercha surtout dans les lettres d’Henri le Grand les combinaisons religieuses d’une vaste politique européenne ; M. de Rommel, à Cassel, a fait en 1840, pour la correspondance de Henri IV, roi de France, avec Maurice le Savant,

  1. Voyez les cinq volumes intitulés Ambassades de M. de la Boderie, édit. de 1750. La 1re édition est de 1733. Ce recueil contient les lettres du Roi et celles des secrétaires d’état à M. Antoine Le Fèvre, seigneur de la Boderie.