Page:Henry - Histoire de l'abbaye de Pontigny.pdf/191

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
181
de l’abbaye de pontigny.

Venousse, les seuls qui eussent échappé au fer des ennemis et à la contagion (car la peste s’était jointe à la guerre pour décimer la population), vinrent au mois de janvier 1448 se jeter aux pieds de l’abbé et des religieux pour exposer leur état de misère. L’abbé assembla le chapitre, et d’un commun accord, on réduisit les impôts de cette commune, on accorda aux habitans des droits de pacage dans les bois, enfin on décida que l’on prendrait tous les moyens possibles pour venir à leur secours.

Villeneuve-sous-Buchin, ou sur Buchin, village dépendant de Venousse, situé entre cette commune et Rouvray, fut détruit durant ces temps calamiteux. Il ne reste aujourd’hui de ce village que deux maisons, au levant, que l’on nomme simplement Buchin. Il fallait que ce lieu fut important, car y avait une église dédiée à Sainte Pallaie, compagne de sainte Porcaire, dont le tombeau est une demi-lieue de cet endroit[1].

T. i, p. 296.Comme le besoin était général, les religieux se réservaient à peine le nécessaire. Une charte d’immunités, accordée par le roi Charles VII, en 1447, parle de la pauvreté de l’abbaye, du tumulte des

  1. T. iii, p. 27.En 1247, Guy, dit le Roux, chevalier, fils de Jean de Venousse, donna une rente de quatre bichets de froment à l’abbaye de Pontigny sur son four de Venousse, situé à Yilleneuve-sous-Buchin. Guido, dictus Rufus, de Venussiâ, miles, et Elisabeth uxor ejus… recognoverunt se dedisse et concessisse ecclesiæ Pontiniacensi et fratribus ibidem deo servientibus, quatuor bichetos frumenti boni et legilimi ad mensuram Legniaci Castri, super furnum suum situm apud Venussiam, in villâ novâ super Bouchain. Dans une charte de 1284, on lit Villa nova super Bouchein, in parochiâ de Venussiâ.