Page:Henry - Lexique étymologique du breton moderne.djvu/193

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée
157
HALO-HÀRNEZ

Halô, s. m., salive, cymr. haliw, vir. saile, ir. seile, gael. sile id. : supposent un celt. *sal-iwo-, presque identique au lat. saliva, sans autre équivalent connu, mais très probablement dér. du même radical que holen (en tant que liquide salé). V. ce mot.

Haṅ, s. m., variante de haṅv. V. ce mot.

Hanaf, s. f., coupe, jatte, etc. Empr. fr. ancien hanap.

1 Hanô, adv., variante aspirée de anô.

2 Hanô, s. m., nom (aussi hanv), mbr. hanff et hanu, cymr. enw, vbr. anu, vir., ir. et gael. ainm id. : d’un celt. *an-men-, gr. ὄνο-μα, vsl. imç, et cf. sk. na-ma, lat. nô-men, got. na-mô, ag. name et al. name « nom »[1].

Haṅter, s. m., moitié, corn. hanter, cymr. hanther > hanner id. : soit un celt. *san-tero- < i.-e. *sni-tero- « l’autre » (en ne parlant que de deux), gr. dialectal ἅ-τερο-ς ἕτερος[2] ; le celt. probablement influencé dans sa signification par un autre celt. *sëmi-iero- « demi », dér. de l’i.-e. *$ëmi-, sk. sdmi-, gr. ἡμι- et ἥμισυς, lat. sëmi- « demi », etc.

Haṅv, s. m., été, mbr. haff, corn. et cymr. haf s vir. sam (d’où le composé sam-rad > ir. et gael. samhradh « été ») : d’un celt. *sam-o-, sk. sàm-à « année », zd ham-a « en été », visl. sum-ar, ags. sum-or > ag. summer, vhal. sum-ar > al. sommer[3]. Cf. gr. ἡμ-έρᾱ « jour ».

Hanv, s. m., nom. V. sous 2 hanô.

Haṅvesken, s. f., vache stérile : exactement « [vache] qui n’a pas produit de l’année » [4]. V. sous hanv et 2 hesk.

Haô, adj., variante de . V. ce mot.

Hardiz, adj., hardi, violent. Empr. fr. ancien hardiz (cas-sujet).

Harlua, vb., bannir, chasser, mbr. harluaff> avec fausse aspiration pour vbr. ar-lu « il a empêché », cymr. arluo « arrêter » : dér. de préf. ar-, et d’un mot *lu « force armée » conservé partout ailleurs qu’en br. ; corn. lu et cymr. llu, vir. sluag « armée », ir. et gael. sluagh « gens », celt. *sloug-o- attesté en outre par le gaul. Catu-slôgï n. pr. (les gens de guerre) et le n. pr. br. Ker-lu. Cf. aussi vsl. slug-a « serviteur ».

Harnez, s. m., ferraille, harnais : contamination de l’empr. fr. harnais (venu du celt.) avec une dérivation de houarn. V. ce mot.

  1. Les conditions phonétiques indo-européennes ne sont pas pleinement éclaircies ; mais on voit que le br. seul présente une aspiration prothétique, relativement récente.
  2. Comparatif de l’i.-e. *sém-s « un » > gr. *ἕμ-ς εἶς.
  3. Le nom d’une saison pris pour celui de l’année, ou inversement, est partout une métonymie courante. Cf. aussi haAoesken.
  4. Ou qui a porté toute l’année pour n’aboutir qu’à avorter.