Page:Henry - Lexique étymologique du breton moderne.djvu/212

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée
176
ÏZEL-JODOUJN

1 Izel, adj., bas, corn. yssel > ysel, cymr. et vbr. isel, etc. : soit un dér celt. *end-s-ello-. V. le radical sous is.

2 Izel, s. m., variante altérée de ézel[1].


J

Jakudi, jagudi (C.), vb., monter en graine (comme la ciguë, le persil, etc.) : pour *chagudi, dér. de chagud, autre nom d’emprunt de la ciguë (lat. cicûta), mais venu de l’ancien fr. Cf. kêgit empr. lat.

Jalod, jalord, s. m., chaudronnier : pour *chalord, qui serait métathèse de *chaldro. Empr. fr. ancien chaldron « chaudron » ?

Jaô, s. m. f., monture. Empr. fr. ancien jou « attelage », du lat. Jugum. Cf. iéo qui est le mot celt. authentique.

Jaodel, s. f., soupe à l’oignon ou au gruau : confusion de l’empr. fr. chaudel « chaudeau » > br. chaodel, et d’un mot *chavoled qui équivaudrait comme formation à l’italien cipollata « chipolata, ragoût d’oignon ».

Jaodré (C.), s. m., rêverie, radotage : dér. de *jaod pour *chaod, qui serait empr. fr. [fièvre] chaude « délire ». — Conj.

Jaritel, s. f., jarret : dér. d’empr. fr. Cf. gàr.

Javed, s. f., mâchoire, joue : la graphie mbr. gacet doit se prononcer jaoet. Empr. fr. ancien joeite <C lat. gàbata, « écuelle, jatte > mâchoire > (argot) et cf. ag. j’aie « mâchoire » et br.jôd. — Loth.

Jéd, s. m., calcul : abstrait de jéder « calculateur », exactement < jeteur » [de sorts][2]. Empr. fr., et cf. fr. jeton [à calculer].

Jelken, s. f., rouelle, tranche mince. Empr. germanique probable, cf. ag. sleek et stick « poli », hollandais slecht et al. nchlicht « plane », etc.

Joa, s. f., plaisir, mbr. yoajf, etc. Empr. îr.joie.

Jobélinen, s. f., voile, fichu ; cf. mouchour jubile « fichu de jour de fête » : dér. d’empr. fr. jubilé. V. aussi moucha.

Jôd, s. f., joue (aussi jôt)> mbr. chot. Empr. fr. ancien jode et jolie, du lat. gâbala. V. sous jaced.

Jodouin, s. m., feu nocturne, lutin. Empr. biblique Gedeon > *jedoen (à cause de l’histoire des lampes cachées dans les cruches en vue d’une surprise nocturne, Juges, vii, 15 sq.). — Conj.

  1. Faux singulier abstrait du pluriel izili.
  2. Aux illettrés les deux opérations paraissent également magiques et compliquées de procédés analogues.