Page:Henry - Lexique étymologique du breton moderne.djvu/95

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée
59
KEINVAN-KELF

Keinvan, s. m., gémissement : dér. du précédent.

1 Keit, s. f., durée, égalité, mbr. que hit, cymr. eyhyd « aussi long », etc. (de *hit > het). V. sous ke- et 1 héd.

2 Keit, s. f., filipendule : identique à 1 keit (oscillations isochrones).

3 Keit, prép., pendant : identique à 1 keit « aussi longtemps que ».

Keixa, vb., dégrossir, cf. ir. caith-im, « je consume, use, dissipe », et surtout sk. çi-çà-ti « il aiguise » ; sans autre répondant sûr.

Kéjein (V.), vb., mêler, brouiller, cf. cymr. cyd-io « unir » : dér. de ket-. Cf. aussi kijout et digeiza.

1 Kel, s. m., nouvelle, conte, mbr. quehezl (cf. kééla), cf. corn. wheihl, cymr. chweddl, ir. scél = celt. *sq-etlo- id. : soit donc un celt. *Aosqetlo-, dont le second terme est dér. de rac. SEQ « dire », gr. ἔπι-σπε (epi-spe) « il dit », lat. ancien insequ-e « dis », vhal. sag-ën (al. sagen, ag. to *ay), lit. êak-jjti « dire » ; le 1er terme sous *ke-.

2 Kel, s. m., cloison, cymr. celL Empr. lat. cella « cellule ».

3 Kel, adv., forme assimilée de ken devant l.

Kéladur, s. m., doloire. Empr. lat. caelatorium « ciseau ».

Kélaoui, vb., publier : dér. de 1 kel.

Kélastren, s. f., houssine : dér. d’une composition de *ke- et lâz, avec rattachement artificiel à 1 kélen. V. ces mots.

1 Kélen, s. m., houx, corn. celin, cymr. celyn, vir. cuilenn, ir. et gael. cuilionn id. : soit un celt. *kol-enno-, cf. sk. çal-â t « baguette, aiguillon », gr. ϰῆλ-ο-ν (kêl-o-n) « flèche », et surtout ag. holly et al. huis > hulst « houx » (le mot fr. est emprunté au germanique).

2 Kélen, s. m., leçon : préf. *ke- et 3 lenn (comme lat. lectiô > fr. leçon procède de légère). V. ces mots,

Kéler, s. m., noix de terre, mbr. coloren (pl.kéler), cymr. cylor, ir. et gael. cularan « concombre » : soit un celt. */ra/oro-, pour */raru-/o-, apparenté au gr. ϰάρυ-ο-ν (karu-o-n) « noix », isolé par ailleurs[1].

Kéléren, s. f ., feu follet, lutin. Empr. lat. celer « rapide ».

Kelf (C), s. m., souche (cf. kef), cymr. celff « pilier », vir. colba, ir. et gael. colbh id. : cf. lat. colu-men « appui », colu-mna « colonne », culmen « comble », celsu-s « haut », et gaul. cel-icno-n « construction » ; la souche est commune aux deux langues, mais il se peut que le mot soit emprunté au latin.

  1. Sans rapport avec kraon « noix », ni sans doute avec *kos-ulo-, base de keloet « noisetier ». V. ces mots.