Page:Henry Malherbe - La Flamme au poing, 1917.djvu/9

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


À mon très cher René DELANGE
dont la vie m’est un long geste d’amitié.