Page:Hippocrate - Œuvres complètes, traduction Littré, 1839 volume 1.djvu/390

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


intitulent encore de l’Usage des liquides. Il en résulte aussi que les mots expliqués par Érotien que nous retrouvons dans le traité de l’Usage des liquides appartiennent bien réellement à ce livre.

J’ai fait voir (p. 257) que cet opuscule, de même que celui des Humeurs, est composé en partie de fragments pris à différents livres, encore existants, de la Collection hippocratique. C’est donc une compilation, mais c’est du moins une compilation fort ancienne. Érotien nous a conservé l’explication d’un mot par Glaucias (αἰθόλιϰες), d’un autre mot par Bacchius (αἰόνησις), et ces deux mots ne se trouvent que dans ce traité ; ainsi le livre de l’Usage des liquides a figuré dans la Collection hippocratique dès le temps des premiers commentateurs, et il nous reste comme une de ces anciennes compilations qui ont précédé même l’établissement des écoles alexandrines.


Les écrits que j’ai réunis ici à cause de la similitude de leur composition, et dont j’ai fait une classe à part, ne sont, il est vrai, que des notes, des extraits et des abrégés ; mais ils sont particulièrement intéressants, parce qu’ils nous ont conservé des traces des anciens travaux de l’école de Cos et d’Hippocrate. En effet, en les comparant avec d’autres écrits de la Collection hippocratique, il a été facile de s’assurer qu’ils contenaient beaucoup de passages textuellement copiés sur d’autres livres que cette Collection renferme ; et cela même a été de quelque utilité, car on a pu entrevoir comment une portion de cette Collection s’est formée. Mais ces opuscules de la Cinquième classe ne contiennent pas seulement des passages copiés sur d’autres livres ; ils contiennent aussi de longs morceaux qui ne se trouvent pas ailleurs, et des