Page:Hippocrate - Œuvres complètes, traduction Littré, 1839 volume 1.djvu/63

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


breux écrits, on est conduit à penser qu’ils ne sont pas d’un même auteur. Cette remarque a de tout temps frappé ceux qui se sont occupés des livres hippocratiques, et dès l’époque même où on les commentait dans l’école d’Alexandrie, on disputait déjà sur leur authenticité. La confusion manifeste qui y existe nécessite l’intervention de la critique ; mais aussi la date reculée de la composition de ces écrits et l’absence de témoignages rendent un tel travail extrêmement épineux. Si les difficultés étaient déjà si grandes et les doutes si autorisés dans l’antiquité, que doit-il en être de nos jours, et pour nous qui, depuis le temps des commentateurs alexandrins et de Galien, avons fait tant de pertes en livres de tout genre ? Beaucoup de travaux ont eu pour objet l’histoire littéraire des écrits hippocratiques ; beaucoup d’hommes éminents se sont livrés aux recherches que cette histoire réclame ; et cependant maintes questions restent encore indécises, et des divergences très considérables entre les critiques, sur l’authenticité d’un même écrit, montrent que l’on manque d’un point stable de départ, et de documents qui soient autre chose que des conjectures. J’essaierai de résoudre quelques-unes de ces questions, et de lever quelques-uns de ces doutes ; non que je me flatte d’avoir dissipé toutes les obscurités du sujet ; mais aidé des travaux de mes prédécesseurs dans ce genre d’explorations, j’espère faire dans mon temps ce qu’ils ont fait dans le leur, c’est-à-dire avancer d’un pas l’histoire littéraire d’Hippocrate, et la laisser plus éclaircie que je ne l’ai reçue.

Cette histoire, manquant presque complètement de données qui lui soient propres et qui soient de son époque, a besoin, pour se soutenir, de réunir une foule de matériaux épars. Elle exige donc une construction laborieuse ; et le développement, pour être clair et convaincant, est tenu de passer