Page:Histoire de l'Académie Royale des Sciences et des Belles Lettres (1746).djvu/293

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée



LES LOIX
DU MOUVEMENT ET DU REPOS
déduites d’un Principe Metaphysique.

Par M. de MAUPERTUIS


Je donnai le principe, sur lequel l’Ouvrage suivant est fondé, le 15. Avril 1744, dans l’Assemblée publique de l’Academie Roiale des Sciences de Paris, comme les Actes de cette Academie en feront foi.

M. le Professeur Euler donna à la fin de la même année son excellent Livre : Methodus inveniendi lineas curvas maximi minimive proprietate gaudentes. Dans le Supplement qui y avoit été ajouté, cet illustre Géomêtre démontre ; Que dans les trajéctoires, que des corps décrivent par des forces centrales, la vîtesse multipliée par l’elément de la courbe, fait toujours un minimum.

Cette remarque me fit d’autant plus de plaisir, qu’elle est une belle application de mon principe au mouvement des Planetes ; dont ce principe en efect est la regle.

Je vais tenter de tirer de la même source des verités d’un genre superieur & plus important.