Page:Histoire de l'Académie Royale des Sciences et des Belles Lettres (1746).djvu/455

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


les circonstances sont differentes, & ce qui a été fait dans les premiéres, ne peut s’appliquer qu’en partie aux nouvelles. On est obligé alors de recourir à la source, mais si on n’en est pas tout à fait à portée, on la néglige, & cette négligence laisse souvent imparfaite une découverte, ou empeche d’etre complet, & totalement assuré, le jugement qu’on porte sur un objet litteraire. Les suites mêmes peuvent en être encore plus dangereuses, & ce qu’on a negligé comme une bagatelle, etant examiné, seroit peut-être capable de faire changer tout à fait de sentiment.

L’utilité dont il seroit d’admettre des Etrangers dans les Societés litteraires, etant une fois reconnuë en general, il ne doit pas être bien difficile de déterminer a peu prés, combien on devroit y en recevoir, & comment on devroit distribuer entr’eux le travail dont on jugeroit a propos de les charger. Les differences masquées, qui peuvent se trouver dans le génie des nations, ou dans les productions, & les Phénomenes physiques de leur païs, appliqués aux objets principaux de la Societé, où on voudroit les admettre, doivent être la régle de cette distribution, egalement utile, soit aux Sciences, soit aux Lettres ; puisque, dans le premier genre, on pourroit s’attendre à trouver dans un etranger instruit, quelqu’un de beaucoup mieux au fait des particularités physiques de son païs, qu’aucun des autres membres de l’Academie, & que dans le second, outre que l’etranger en question jouïroit encore du même avantage, quant aux ouvrages de ses compatriotes, il seroit peut-être lui même, pour l’Academie, un modele vivant, qui examiné avec soin, pourroit donner lieu à porter un jugement solide sur le caractere, & même sur les prejugés de sa Nation. Je m’explique.

C’est ordinairement par ce qui se passe dans son païs, & sous le Ciel où il est né, que le Philosophe commence ses rechercher, & c’est presque toûjours là aussi qu’il rapporte toutes les consequences