Page:Homère - Iliade, trad. Leconte de Lisle.djvu/236

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.

les guerriers. Et les plus braves attendaient les Troiens et le divin Hektôr, lance contre lance, bouclier contre bouclier, casque contre casque, homme contre homme. Et les crinières, sur les cônes splendides, se mêlaient, tant les rangs étaient épais ; et les lances s’agitaient entre les mains audacieuses, et tous marchaient, pleins du désir de combattre.

Mais sur eux se ruent une foule de Troiens, derrière Hektôr qui s’élançait. De même qu’une roche désastreuse qu’un torrent, gonflé par une immense pluie, roule, déracinée, de la cime d’un mont, et qui se précipite à travers tous les obstacles jusqu’à ce qu’elle arrive à la plaine où, bien qu’arrêtée dans sa course, elle remue encore ; de même Hektôr menaçait d’arriver jusqu’à la mer, aux tentes et aux nefs des Akhaiens ; mais il se heurta contre les masses épaisses d’hommes, contraint de s’arrêter. Et les fils des Akhaiens le repoussèrent en le frappant de leurs épées et de leurs lances aiguës. Alors, reculant, il s’écria d’une voix haute aux Troiens :

— Troiens, Lykiens et Dardaniens belliqueux, restez fermes. Les Akhaiens ne me résisteront pas longtemps, bien qu’ils se dressent maintenant comme une tour ; mais ils vont fuir devant ma lance, si le plus grand des Dieux, l’époux tonnant de Hèrè, m’encourage.

Il parla ainsi, excitant la force et la vaillance de chacun. Et le Priamide Dèiphobos, plein de fierté, marchait d’un pied léger au milieu d’eux, couvert de son bouclier d’une rondeur égale. Et Mèrionès lança contre lui sa pique étincelante, qui, ne s’égarant point, frappa le bouclier d’une rondeur égale et fait de peau de taureau ; mais la longue lance y pénétra à peine et se brisa à son extrémité. Et Dèiphobos éloigna de sa poitrine le bouclier de peau de taureau, craignant la lance du brave Mèrionès ; mais ce héros rentra dans la foule de ses compagnons, indigné d’avoir