Page:Homère - Iliade, trad. Leconte de Lisle.djvu/29

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.


fuiront-ils vers leurs demeures et la chère terre natale, sur le vaste dos de la mer, laissant à Priamos et aux Troiens leur gloire et l’Argienne Hélénè pour laquelle tant d’Akhaiens sont morts devant Troiè, loin de la chère patrie ? Va trouver le peuple des Akhaiens armés d’airain. Retiens chaque guerrier par de douces paroles, et ne permets pas qu’on traîne les nefs à la mer.

Elle parla ainsi, et la divine Athènè aux yeux clairs obéit. Et elle sauta du faîte de l’Olympos, et, parvenue aussitôt aux nefs rapides des Akhaiens, elle trouva Odysseus, semblable à Zeus par l’intelligence, qui restait immobile. Et il ne saisissait point sa nef noire bien construite, car la douleur emplissait son cœur et son âme. Et, s’arrêtant auprès de lui, Athènè aux yeux clairs parla ainsi :

― Divin Laertiade, sage Odysseus, fuirez-vous donc tous dans vos nefs chargées de rameurs, laissant à Priamos et aux Troiens leur gloire et l’Argienne Hélénè pour laquelle tant d’Akhaiens sont morts devant Troiè, loin de la chère patrie ? Va ! hâte-toi d’aller vers le peuple des Akhaiens. Retiens chaque guerrier par de douces paroles, et ne permets pas qu’on traîne les nefs à la mer.

Elle parla ainsi, et il reconnut la voix de la Déesse, et il courut, jetant son manteau que releva le héraut Eurybatès d’Ithakè, qui le suivait. Et, rencontrant l’Atréide Agamemnôn, il reçut de lui le sceptre immortel de ses pères, et, avec ce sceptre, il marcha vers les nefs des Akhaiens revêtus d’airain. Et quand il se trouvait en face d’un Roi ou d’un homme illustre, il l’arrêtait par de douces paroles :

― Malheureux ! Il ne te convient pas de trembler comme un lâche. Reste et arrête les autres. Tu ne sais pas la vraie pensée de l’Atréide. Maintenant il tente les fils des Akhaiens, et bientôt il les punira. Nous n’avons point tous entendu ce qu’il a dit dans le conseil. Craignons que, dans