Page:Homère - Iliade, trad. Leconte de Lisle.djvu/49

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.



RHAPSODIE III.


Quand tous, de chaque côté, se furent rangés sous leurs chefs, les Troiens s’avancèrent, pleins de clameurs et de bruit, comme des oiseaux. Ainsi, le cri des grues monte dans l’air, quand, fuyant l’hiver et les pluies abondantes, elles volent sur les flots d’Okéanos, portant le massacre et la Kèr de la mort aux Pygmées. Et elles livrent dans l’air un rude combat. Mais les Akhaiens allaient en silence, respirant la force, et, dans leur cœur, désirant s’entre-aider. Comme le Notos enveloppe les hauteurs de la montagne d’un brouillard odieux au berger et plus propice au voleur que la nuit même, de sorte qu’on ne peut voir au-delà d’une pierre qu’on a jetée ; de même une noire poussière montait sous les pieds de ceux qui marchaient, et ils traversaient rapidement la plaine.

Et quand ils furent proches les uns des autres, le divin Alexandros apparut en tête des Troiens, ayant une peau de