Page:Homère - Iliade, trad. Leconte de Lisle.djvu/61

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.


Phrygiè ou de l’heureuse Maioniè, si un homme qui t’est cher y habite ? Est-ce parce que Ménélaos, ayant vaincu le divin Alexandros, veut m’emmener dans ses demeures, moi qui me suis odieuse, que tu viens de nouveau me tendre des pièges ? Va plutôt ! abandonne la demeure des Dieux, ne retourne plus dans l’Olympos, et reste auprès de lui, toujours inquiète ; et prends-le sous ta garde, jusqu’à ce qu’il fasse de toi sa femme ou son esclave ! Pour moi, je n’irai plus orner son lit, car ce serait trop de honte, et toutes les Troiennes me blâmeraient, et j’ai trop d’amers chagrins dans le cœur.

Et la divine Aphroditè, pleine de colère, lui dit :

― Malheureuse ! crains de m’irriter, de peur que je t’abandonne dans ma colère, et que je te haïsse autant que je t’ai aimée, et que, jetant des haines inexorables entre les Troiens et les Akhaiens, je te fasse périr d’une mort violente !

Elle parla ainsi, et Hélénè, fille de Zeus, fut saisie de terreur, et, couverte de sa robe éclatante de blancheur, elle marcha en silence, s’éloignant des Troiennes, sur les pas de la Déesse.

Et quand elles furent parvenues à la belle demeure d’Alexandros, toutes les servantes se mirent à leur tâche, et la divine femme monta dans la haute chambre nuptiale. Aphroditè qui aime les sourires avança un siége pour elle auprès d’Alexandros, et Hélénè, fille de Zeus tempêtueux, s’y assit en détournant les yeux ; mais elle adressa ces reproches à son époux :

― Te voici revenu du combat. Que n’y restais-tu, mort et dompté par l’homme brave qui fut mon premier mari ! Ne te vantais-tu pas de l’emporter sur Ménélaos cher à Arès, par ton courage, par ta force et par ta lance ? Va ! défie encore Ménélaos cher à Arès, et combats de nouveau contre lui ; mais non, je te conseille plutôt de ne plus