Page:Homère - Iliade, trad. Leconte de Lisle.djvu/63

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.



RHAPSODIE IV.


Les Dieux, assis auprès de Zeus, étaient réunis sur le pavé d’or, et la vénérable Hèbè versait le nektar, et tous, buvant les coupes d’or, regardaient la ville des Troiens. Et le Kronide voulut irriter Hèrè par des paroles mordantes, et il dit :

— Deux Déesses défendent Ménélaos, Hèrè l’Argienne et la Protectrice Athènè ; mais elles restent assises et ne font que regarder, tandis qu’Aphroditè qui aime les sourires ne quitte jamais Alexandros et écarte de lui les Kères. Et voici qu’elle l’a sauvé comme il allait périr. Mais la victoire est à Ménélaos cher à Arès. Songeons donc à ceci. Faut-il exciter de nouveau la guerre mauvaise et le rude combat, ou sceller l’alliance entre les deux peuples ? S’il plaît à tous les Dieux, la ville du roi Priamos restera debout, et Ménélaos emmènera l’Argienne Hélénè.

Il parla ainsi, et les Déesses Athènè et Hèrè se mordirent les lèvres, et, assises à côté l’une de l’autre, elles médi-