Page:Homère - Iliade, trad. Leconte de Lisle.djvu/70

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.


C’est ainsi que, glacés de peur, vous vous arrêtez et ne combattez point. Attendez-vous que les Troiens pénètrent jusqu’aux nefs aux belles poupes, sur le rivage de la blanche mer, et que le Kroniôn vous aide ?

C’est ainsi qu’il donnait ses ordres en parcourant la foule des hommes. Et il parvint là où les Krètois s’armaient autour du brave Idoméneus. Et Idoméneus, pareil à un fort sanglier, était au premier rang ; et Mèrionès hâtait les dernières phalanges. Et le roi des hommes, Agamemnôn, ayant vu cela, s’en réjouit et dit à Idoméneus ces paroles flatteuses :

— Idoméneus, certes, je t’honore au-dessus de tous les Danaens aux rapides chevaux, soit dans le combat, soit dans les repas, quand les princes des Akhaiens mêlent le vin vieux dans les kratères. Et si les autres Akhaiens chevelus boivent avec mesure, ta coupe est toujours aussi pleine que la mienne, et tu bois selon ton désir. Cours donc au combat, et sois tel que tu as toujours été.

Et le prince des Krètois, Idoméneus, lui répondit :

— Atréide, je te serai toujours fidèle comme je te l’ai promis. Va ! encourage les autres Akhaiens chevelus, afin que nous combattions promptement, puisque les Troiens ont violé nos traités. La mort et les calamités les accableront, puisque, les premiers, ils se sont parjurés.

Il parla ainsi, et l’Atréide s’éloigna, plein de joie. Et il alla vers les Aias, à travers la foule des hommes. Et les Aias s’étaient armés, suivis d’un nuage de guerriers. Comme une nuée qu’un chevrier a vue d’une hauteur, s’élargissant sur la mer, sous le souffle de Zéphyros, et qui, par tourbillons épais, lui apparaît de loin plus noire que la poix, de sorte qu’il s’inquiète et pousse ses chèvres dans une caverne ; de même les noires phalanges hérissées de boucliers et de piques des jeunes hommes nourrissons de Zeus se mouvaient derrière les Aias pour le rude combat. Et Aga-