Page:Homère - Odyssée, traduction Leconte de Lisle, 1893.djvu/391

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.


Athènè. Et, aussitôt, la vénérable Hèrè, irritée, dit aux Dieux immortels assemblés :

— Écoutez-moi, vous tous, ô Dieux, et vous toutes, ô Déesses, puisque Zeus qui amasse les nuées, le premier, me fait injure, à moi dont il a fait sa femme et qui suis chaste. Maintenant, il a engendré sans moi Athènè aux yeux clairs, qui est très illustre entre tous les Immortels heureux, tandis que mon fils Hèphaistos, que j'ai enfanté moi-même, est débile et a les pieds tournés ; car, l'ayant saisi de ses mains, il l'a jeté dans la mer large ; mais la fille de Nèreus, Thétis aux pieds d'argent, le reçut et le mena à ses sœurs. Ô funeste et plein de ruses, tu devrais plaire autrement aux Dieux heureux ! Et maintenant que médites-tu encore ? Comment as-tu osé engendrer seul Athènè aux yeux clairs ? Est-ce que je ne puis plus enfanter, moi qui suis appelée tienne, cependant parmi les Immortels qui habitent le large Ouranos ? Maintenant, je vais tenter quelque chose, afin qu'il naisse de moi un fils qui domine parmi les Dieux immortels, sans que j'aie souillé ton lit sacré ni le mien. Et je ne coucherai point dans ton lit, et, loin de toi, j'irai vers d'autres Dieux immortels.

Ayant ainsi parlé, irritée, elle s'éloigna des Dieux. Et aussitôt, la vénérable Hère aux yeux de bœuf pria, et, frappant de sa main la terre, elle dit :

— Écoutez-moi maintenant, Gaia, et toi, large Ouranos supérieur, et vous, Dieux Titans qui habitez sous terre autour du grand Tartaros et de qui sont nés les hommes et les Dieux ! Écoutez-moi tous maintenant, et donnez-moi un fils, sans Zeus, et qu'il ne lui soit point inférieur en force, et qu'il le surpasse même, autant que Zeus au large regard l'emporte sur Kronos.

Ayant ainsi parlé, elle frappa la terre de sa main vigoureuse, et la terre qui donne la vie trembla ; et, voyant cela, Hèrè se réjouit dans son cœur, car elle pensa que son désir