Page:Homère - Odyssée, traduction Leconte de Lisle, 1893.djvu/434

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

aux pieds de chèvre, aux deux cornes, se réjouissant du bruit tumultueux et riant doucement. Et la nourrice s’enfuit en bondissant et laissa l’enfant, car elle eut peur, dès qu’elle vit sa face farouche et barbue.

Mais, aussitôt, le très bienveillant Hermès le prit dans ses mains, et le Dieu se réjouissait beaucoup dans son âme. Et il se rendit promptement aux demeures des Immortels, ayant enveloppé l’enfant dans la fourrure épaisse d’un lièvre montagnard.

Et il s’assit auprès de Zeus et des autres Immortels, et il leur montra son fils. Et tous les Immortels se réjouirent dans leur cœur, et Bakkhos Dionysos fut surtout charmé. Et ils le nommèrent Pan, parce qu’il les avait tous charmés.

Et je te salue ainsi, ô Roi ! Et je te prie par ce chant. Et je me souviendrai de toi et des autres chants.


HYMNE XVIII.

À Héphaïstos.

Chante le très habile Hèphaistos, Muse harmonieuse, lui qui, avec Athènaiè aux yeux clairs, enseigna, sur la terre, les illustres travaux aux hommes qui, auparavant, habitaient les antres des montagnes, comme des bêtes fauves.

Maintenant, instruits par l’illustre ouvrier Hèphaistos, ils passent aisément toutes les années et leur vie entière, tranquilles, dans leurs demeures.

Sois propice, ô Hèphaistos ! Donne la vertu et la félicité !