Page:Huard - Labrador et Anticosti, 1897.djvu/155

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
139
MOISIE — RIVIÈRE-AUX-GRAINES

gements et les contrats relatifs à la pêche. La morue arrive ici à la fin de mai ou dans les premiers jours de juin.

Les pêcheurs qui se pourvoient ainsi, pêchent à la draft, c’est-à-dire qu’en arrivant du large ils livrent tout de suite leur poisson, dont on marque aussitôt le poids à leur avoir, l’unité de poids étant de 238 lbs, ce que l’on nomme « une draft ». Il y a, pour les pêcheurs de cette sorte, bien moins de travail à effectuer, puisqu’ils n’ont pas à travailler la morue, ni à seiner la bouette, qu’on leur fournit. Mais les profits sont par contre bien moins considérables.

La morue sèche se vend, au quintal, 112 lbs. C’est ainsi que la préparent ceux qui pêchent à leur compte. En outre, lorsque la morue verte a du prix, durant l’été, on en envoie sur le marché de Québec, chacun pour son bénéfice.

On prend la morue au large, à une distance variant de un à trois ou quatre milles.

Et à propos de morue, il vaut autant ici qu’ailleurs parler de l’huile de foie de morue, qui donne parfois de bons profits, puisqu’elle s’est vendue jusqu’à 60 cts le gallon ; dans ces dernières années, pourtant, elle n’a plus obtenu que la moitié de ce prix.

De quelle façon fabrique-t-on l’huile de foie de morue ? Comme personne n’a dû s’imaginer que cela se faisait avec des queues de morue, personne non plus ne sera étonné d’entendre dire que cette substance provient du foie de la morue. Et pour l’extraire de là, il n’y a pas besoin de recourir à des machines compliquées, ni à des distillations soigneusement pratiquées. L’huile de foie de morue ? Cela se fait tout seul. — Soit, dans un coin quelconque, une tonne ouverte par l’une de ses extrémités, et placée debout. À mesure que, dans le voisinage, on tranche la morue, on met le foie de côté ; puis on jette les foies ainsi recueillis dans la « fossière », qui est précisément la tonne telle que nous venons de la disposer. Et, tous les jours, les foies s’ajoutent aux foies. Les bons microbes, sous les bienveillants regards du soleil, se mettent à travailler là-dedans. Par exemple, l’odeur qui se dégage de ce laboratoire est loin d’être la suavité