Page:Huard - Labrador et Anticosti, 1897.djvu/289

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
273
MINGAN — P0INTE-AUX-ESQUIMAUX

* * *

En avant de l’église, il y avait, entre autres décorations, un joli portique construit de verdoyants rameaux. Ou y lisait l’inscription suivante :

Et super impendar
Surtout au Labrador !

Ce distique, dont le premier « vers » est extrait de l’exergue qu’on voit sur les armes de Monseigneur, a la rime joliment boiteuse. Il ne laissa pas cependant de nous impressionner agréablement. Nous y reconnaissions sans peine la marque de l’esprit finement original de M. le G. V. Gendron, qui joint à ses belles vertus sacerdotales un talent particulier pour d’innocentes mystifications et les plus pittoresques inventions. « Savez-vous, me dit-il dans la soirée, savez-vous qu’on trouve des coquilles dans l’estomac des morues ? — Ah… Vraiment ! — Oui, j’en ai ici. » Et il m’apporte un mollusque plat de cinq à six pouces de diamètre !… — Certain soir de l’un des hivers derniers, les deux missionnaires de la Tabatière, Labrador, étaient à dire leur bréviaire, après le souper. Tout à coup, la porte s’ouvre, et l’on voit entrer un voyageur tout enveloppé d’épaisses fourrures et qui chante à tue-tête :

J’ai du bon tabac dans ma tabatière, etc.

C’est M. Gendron qui arrive ainsi à l’improviste, après un trajet d’une centaine de lieues !… Comme il n’y a pas de ligne télégraphique en ces parages, le secret de sa venue a été bien gardé, et il a la joie de surprendre son monde.

C’est un sportsman convaincu ; la chasse, la pêche, les courses à pied, à la raquette, en cométique, tout cela fait ses délices. Dans ce même voyage dont je viens de parler, s’étant arrêté à Passachibou, il lui arriva de tuer un porc-épic. « Un qui fut content, dit-il, ce fut le cuisinier, et je vous laisse à deviner le