Page:Huard - Labrador et Anticosti, 1897.djvu/347

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
329
POINTE-AUX-ESQUIMAUX

prendre d’un coup tant de harengs, dans les expéditions faites à bord des goélettes.

À l’approche de l’automne, le hareng qui habite le détroit de Belle-Isle longe les côtes de Terre-Neuve et du Labrador, pour aller prendre ses quartiers d’hiver à Bonne-Baie et à la baie des Îles (côte occidentale de Terre-Neuve). En certains endroits, il passe si près de terre et en bancs si compacts, qu’on pourrait en prendre avec la main.

L’embarcation chargée de seiner porte un équipage de sept hommes. L’un de ces hommes, le « maître », se tient à l’avant ; il doit surveiller les mouvements du hareng, et diriger la manœuvre en conséquence. Il y a ensuite quatre rameurs, et, à l’arrière, deux hommes pour gouverner l’embarcation et mettre la seine à l’eau lorsqu’on rencontre le hareng.

C’est vers l’heure du soleil levant que l’on part de la goélette. On visite les anses et les pointes jusqu’à deux ou trois milles de distance, lorsqu’il fait beau. Quand la mer est calme et l’eau peu profonde, on aperçoit le hareng à plus de cent pas en avant. Lorsqu’on le voit à cette distance, on fait le moins de bruit possible avec les rames ; et dès qu’on arrive assez près, on déborde la seine et ou renferme le hareng. D’autres fois, on constate que le hareng s’en vient lui-même sur l’embarcation : alors, on s’arrête, on le laisse avancer, et quand il est à portée, on le renferme. Et cette façon de procéder manque rarement son effet ; car le poisson se trouve pris avant d’avoir eu le temps de rebrousser chemin. Mais les choses ne vont pas si bien quand il vente et que par suite la mer est agitée ; alors, en effet, on ne voit le hareng que lorsqu’il est tout près. Le bruit des rames l’avertit du danger ; la panique se met dans ses rangs, et le sauve-qui-peut est si vite exécuté que les pêcheurs ne peuvent plus attraper que les vieillards, les malades et les infirmes.

La pêche à la seine, telle que je viens de la décrire, se fait à toute, heure du jour ; mais le moment le plus favorable, c’est quand la mer achève de monter.