Page:Huard - Labrador et Anticosti, 1897.djvu/38

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
22
LABRADOR ET ANTICOSTI

Nous sommes bien dans le besoin. Ayez donc la bonté de nous envoyer du lard et de la farine. »

L’obstination que mirent les gens de Tadoussac à empêcher que l’on allumât chez eux le flambeau de la science, ne furent sans doute pas des faits isolés : et les anciens pourraient nous en raconter de semblables qui se passèrent en divers lieux de la Province. En tout cas, les choses sont bien changées depuis cette époque. Les parents, dans la Province entière, font aujourd’hui preuve du plus grand zèle. Et pour ce qui est de Tadoussac en particulier, non seulement l’instruction primaire y fleurit au moins autant qu’ailleurs, mais aussi les études classiques y sont en faveur plus que dans beaucoup de paroisses autrement considérables et prospères. — Et le P. Arnaud est encore vivant, et peut voir quel a été le développement du petit grain de sénevé qu’il a déposé en terre il y a près d’un demi-siècle et qui a pris bien du temps pour germer.

* * *

Cependant, les Oblats ne trouvaient plus avantageux de résider aux Escoumins… Mais avant d’en partir avec eux, racontons une aventure qui s’y rapporte et que le bon père Arnaud a du plaisir à narrer…

C’était la nuit. Il était seul à la résidence des Escoumins, et reposait dans sa « chambre », qui était le grenier de la sacristie. Tout à coup le Père s’éveille à l’appel de son nom. « Oui ! crie-t-il de sa forte voix. Je descends tout de suite. » Il se lève et s’habille à la hâte, et s’en va ouvrir la porte. Mais il n’y a là personne. Il sort et fait le tour de l’église, sans remarquer aucune piste sur la neige fraîchement tombée. Qu’eussiez-vous fait alors ? Les gens de la Côte Nord, qui sont les plus superstitieux du monde, en seraient morts de peur ; il ne manque pas de personnes d’ailleurs qui en auraient fait au moins autant. Le P. Arnaud s’alla simplement recoucher et se rendormit. Or, quelques jours après, voilà que l’histoire recommence de même