Page:Huard - Labrador et Anticosti, 1897.djvu/406

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
388
LABRADOR ET ANTICOSTI

mauvaise, ou neutre au point de vue moral, c’est-à-dire délétère aussi. Il ne faut point se faire illusion sur l’apostolat des quelques bons journaux catholiques que nous avons : les gens qui auraient le plus besoin de les lire, ne les peuvent souffrir ; ceux qui lisent les journaux mauvais ou dangereux, n’en lisent pas d’autres. Le journalisme impie ou même seulement indifférent, voilà donc le pire ennemi de la belle foi et des mœurs pures de notre population. J’en conclus que, au point de vue du bien des âmes, qui est le plus important de tous les points de vue, les régions où l’on ne reçoit la poste, c’est-à-dire les journaux, qu’une fois le mois, ne sont pas si à plaindre. Durant une couple de mois, au cœur de l’été, le Str Otter prolonge sa course semi-mensuelle jusqu’à Natashquan. Il y a aussi le « Packet » de Gaspé, cette goélette-poste dont j’ai déjà parlé, qui touche à Natashquan à chacun de ses voyages. Cela fait qu’au milieu de la belle saison on a deux fois par mois le service de la poste, et par là même des moyens faciles de communication avec le reste de l’univers. Par exemple, il faut avoir des ressources pour voyager de la sorte, surtout par le Str Otter ; et les gens du pays préfèrent ordinairement, pour faire leurs promenades, prendre passage à bord des goélettes du lieu qui se rendent à Québec ou ailleurs, dans les intérêts du commerce.

Si je ne puis me résoudre à m’affliger en songeant que les habitants de Natashquan ne reçoivent la poste, durant la plus grande partie de l’année, qu’une fois par mois, je suis d’autre part tout disposé à les plaindre d’être encore privés des avantages du télégraphe. Au reste, ils partagent en cela le sort de tout le pays situé en bas de la Pointe-aux-Esquimaux. Heureusement, ce genre d’isolement est à la veille de disparaître. Cette année même, en effet, le gouvernement fédéral fait prolonger la ligne télégraphique au moins jusqu’à Natashquan, non pas tant pour permettre aux cousins et aux cousines d’avoir fréquemment d’un village à l’autre de leurs nouvelles que pour rendre la navigation plus sûre, et principalement pour