Page:Hugo - Œuvres complètes, Impr. nat., Choses vues, tome II.djvu/365

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.



RELIQUAT
de
PARIS.


Deux dossiers formés par Victor Hugo constituent ce Reliquat. L’un contient le plan, les brouillons, les notes qui ont servi à écrire la préface de Paris-Guide, l’autre des pages réservées et qui ont paru sans doute faire longueur. Voici le premier dossier, pour nous le plus intéressant, car il nous montre la genèse de cette préface qui a dû coûter à son auteur autant de recherches qu’un roman.

La chemise porte ce titre dont nous conservons la disposition :


COPEAUX DE LA
PRÉFACE
DU LIVRE PARIS.

Utiles pour la brochure
Où en sont les questions[1] ?




On nous demande, à nous solitaire, de rendre témoignage à la foule. On demande à celui qui n’a plus d’autre perspective que le désert d’affirmer la beauté, la grandeur et l’efficacité des multitudes. On demande à l’absent qui n’a plus désormais d’autre voisinage que la tombe de se tourner vers Paris, c’est-à-dire vers la vie, et de dire ce qu’il en pense. Ce qu’on nous demande, nous le faisons. Pourquoi ? Parce que, si peu que nous soyons, et quoique déjà personnellement hors de toute chose humaine, nous sommes de ceux qui ont pour intérêt personnel l’intérêt général, parce que Paris, étant haï, doit être aimé ; parce que Paris, c’est la démocratie, parce que Paris, c’est la révolution, parce que Paris, c’est l’avenir.

(Développer ceci que Paris est une affirmation, que ce qui perd la France c’est le scepticisme. Et finir par : C’est un Oui qui dit Non.)

  1. En variante : État des questions. (Note de l’éditeur.)