Page:Hugo - Œuvres complètes, Impr. nat., Correspondance, tome II.djvu/244

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


aperçu ombelle et y a fourré soigneusement un r. Or ombelle importe, ombelle est le mot propre (voyez Boiste qui est un tout aussi mauvais dictionnaire que le dictionnaire de l’Académie), et, à moins que vous n’y voyiez de grands inconvénients d’exécution matérielle, il faudrait un carton pour rétablir ombelle. Parlez-en, je vous prie, à M. Claye[1]. Il y a en outre des coquilles, p. 121, v. 2 et p. 338, v. 1. Cela vaut-il la peine d’un carton ? décidez-le. Le reste n’est que virgules — et je m’en fiche.

Envoyez-moi, le plus tôt que vous pourrez, la suite des bonnes feuilles. Le titre et la couverture sont très bien. Ajouter au bas du titre la ligne que j’indique ; refaire, avec les mêmes caractères (lettres augustales), la couverture sur le modèle que j’envoie ci-inclus. M’envoyer épreuve, si l’on a le temps. Je choisis bleu et glacé. — Mettre, comme vous l’indiquez. Tome I — Tome II — et non Ier et IIe. Dans la couverture refaite, mettre Victor Hugo dans les grandes augustales que voici et laisser Les Contemplations comme elles sont. Pas d’ornements. Encadrer d’un simple filet. Dans les annonces du revers mettre Dieu très gros et : par Victor Hugo, très petit ; car on ne saurait trop atténuer ce que ce titre, le seul possible d’ailleurs pour ce poëme, présente d’étrange à cause du par. Du reste conserver la proportion typographique et l’équilibre avec l’annonce qui suit. — Outre les oublis que vous m’indiquez, j’avais oublié mon excellent ami et avocat Paillard de Villeneuve. Je vous le recommande. Faudra-t-il envoyer les exemplaires pour tous la veille ? je ne crois pas. Pour les journalistes seulement. Les autres recevraient le leur le lendemain que ce serait mieux, je crois. Ce sera probablement le sentiment du libraire.

Sera-ce Gautier qui rendra compte ou Thierry ? laissera-t-on faire ce compte rendu ? Thierry n’est-il pas bien passé au trois quarts à l’ennemi ? — À La Presse, il serait souhaitable que ce fût Pelletan. Que pensez-vous des dispositions à ce sujet ? Au Siècle, sera-ce Jourdan[2] ? ou Matharel ? Je ne puis que vous répéter : faites pour le mieux. Si c’était vous quelque part, ce serait admirable, mais comment vous demander encore cela ? Vous me diriez dans votre clémence :

Je t’en avais comblé. Je t’en veux accabler.

Je vous envoie encore quatre premières pages pour des amis ; je vous en enverrai d’autres dans mes prochaines lettres. Si j’oublie quelqu’un, dites-le moi.

Faites remarquer à M. Claye qu’une édition de plus (Houssiaux) est annoncée sur la couverture.

  1. Malgré neuf cartons successifs, l’édition originale porte ombrelle.
  2. Malgré neuf cartons successifs, l’édition originale porte ombrelle. — ^*’ Article de Jourdan dans le Siècle du 23 avril 1856.