Page:Hugo - Œuvres complètes, Impr. nat., Correspondance, tome II.djvu/26

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


vous faites est bien. En dehors de toute idée de spéculation, de toute propagande de parti même, au point de vue le plus désintéressé et le plus élevé, avec ce but magnifique devant les yeux : le bien-être de tous, avec cette grande loi dans l’esprit : liberté, égalité, fraternité, vous créez une immense feuille nationale et populaire. Vous créez un journal que les uns pourront lire comme un répertoire et les autres comme un évangile. Vous faites semer les idées par les faits. Vous préparez ces réalisations pacifiques qui, si les hommes comme vous réussissent, désarmeront les révolutions de l’avenir. Vous ralliez et vous groupez autour de la haute pensée du progrès cette immense famille solidaire de ceux qui travaillent, de ceux qui souffrent et de ceux qui pensent. Vous offrez au suffrage universel un flambeau à cent mille branches, allumé à la fois sur toute la surface du pays. Vous ouvrez un vaste enseignement public et presque gratuit. Vous neutralisez, autant qu’il est en vous, toutes ces lois fatales, et heureusement fragiles, qui tendent à diminuer, chose impie en tout temps et insolente au dix-neuvième siècle, la quantité de lumière répandue dans les esprits. Tous vos efforts, à vous, tendent à faire bon et intelligent l’homme que la république fait souverain.

C’est là une œuvre grande et utile. En me demandant mon adhésion, vous n’avez pas douté un instant qu’elle ne vous fût acquise. C’est du fond du cœur que je vous l’envoie.

J’y joins l’expression de mes plus vives sympathies.


Victor Hugo[1].


À Michelet[2].


Samedi, 29 mars 1851.

J’ai bien souffert jeudi, mon éloquent et cher collègue, souffert d’entendre dire de telles choses à la tribune et souffert de n’y pouvoir

  1. Archives Spoelberch de Lovenjoul. — Cette lettre, évidemment officielle, était destinée à paraître dans le premier numéro du Bien-être Universel, journal hebdomadaire fondé par Émile de Girardin et publié du 24 février au 30 novembre 1851.
  2. Le grand historien Michelet était, de cœur et d’esprit, le frère spirituel de Victor Hugo ; les mêmes aspirations, le même amour de l’humanité, le même idéal de liberté et de justice créa entre eux une sympathie qui s’accentua à mesure que l’œuvre de l’un refléta la pensée de l’autre. Leur correspondance commencée en 1831 se poursuivit jusqu’en 1869 (dernière lettre dont nous ayons connaissance).