Page:Hugo - Œuvres complètes, Impr. nat., Correspondance, tome II.djvu/323

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


Pour quelques détails pourtant, mon inquiétude persiste. J’ai des raisons de croire que ni Victor Meunier, ni H. Descamps, ni Méry, n’ont reçu leur exemplaire. Avez-vous moyen de savoir ce qu’il en est ? — Je serais féroce d’écrire à Meurice en ce moment, et je n’en ferai rien. Il est presque sur le lit de misère de la représentation. Dites-lui seulement que, jeudi 20, je porterai un toast au succès du Roi de Bohême et que tout Guernesey l’applaudira de loin comme un seul Paris. — Je n’ai reçu aucun des journaux qu’il m’annonçait (excepté la revue de Genève) mais point de Gazette des Théâtres (A. Denis) et point de Charivari. Au Charivari, l’en-tête était de Paul Meurice, et vous jugez comme j’eusse désiré le lire. À propos de Charivari, sera-ce T. Delord[1] ou H. Rochefort qui fera l’article ? Savez-vous quelque chose de cela ? Le Petit roi de Galice a-t-il en effet paru dans Le Messager, comme me l’écrivait Mme Colet ? Mme Colet y a-t-elle fait l’article qu’elle m’annonçait ? — Penserez-vous, cher ami, à demander à Paul Meurice si M. Boiteau lui a remis (il y a quelque temps déjà) quelques lettres de moi à Béranger. Il pourrait me les renvoyer par M. Chenay[2] qui se chargerait aussi de m’apporter les dix exemplaires qu’il me faudrait ici. Plus l’Histoire de l’Inquisition. (Meurice la paierait sur l’Institut.) — Hetzel que j’ai fort griffé, m’écrit une lettre désolée, pleine d’adoration pour Paul Meurice qui, dit-il, lui tient rigueur. Priez Meurice de ma part de l’amnistier. Je crois les regrets de Hetzel très sincères et très vifs. Hetzel est, par beaucoup de côtés, très chaud, très ami, et très sympathique. Vous savez comme il s’est bien conduit pour Chenay. Pardonnons-lui donc tous en chœur. Je voudrais qu’à la première occasion Meurice, oubliant ses torts, lui envoyât un bon serrement de main. — Vous me dites de la part de toute votre chère famille de bien bonnes paroles. Mettez-moi aux pieds de ces dames. — Et puis, cher Auguste, parlez-moi de vous. À quand l’Enterrement de l’Honneur[3] qui sera la résurrection de la Porte St-Martin ? — À vous ex imo.

V.

Et l’Artiste[4] ?


À Charles Baudelaire.


18 octobre 1859.

Merci, poëte, vous me parlez merveilleusement en quatre lignes de La Légende des Siècles. Votre lettre est toute marquée de votre cœur sincère et

  1. Taxile Delord, journaliste, rédacteur en chef du Sémaphore de Marseille, collabora au Charivari, puis au Siècle, et publia l’Histoire du second Empire.
  2. Paul Chenay, graveur de talent, avait épousé Julie Foucher, sœur de Mme Victor Hugo.
  3. Titre primitif des Funérailles de l’Honneur.
  4. bibliothèque Nationale.