Page:Hugo - Œuvres complètes, Impr. nat., Correspondance, tome II.djvu/497

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


dois un peu me proportionner. M. Rogeard est d’un groupe où il y a beaucoup de pointus.

Le quatrain latin de Charles est un chef-d’œuvre[1].


À François-Victor[2].


H.-H. mercredi 5 avril [1865].

Veille, mon Victor, à ce que l’épreuve corrigée me soit renvoyée le plus vite possible. Voici, sous ce pli, une traite de 1 600 fr. à vue à l’ordre de ta mère sur Mallet frères. Ces 1 600 fr. se décomposent ainsi :

1° 1 000 fr. pour Bruxelles.

2° Ad. Ses mois de mars et d’avril, son supplément pour achats de saison :

300 300 1 600 fr.

Ce supplément de saison de 300 fr. est une concession de ma déférence à ta chère et admirable mère, mais j’ai bien peur que cet argent, dans l’état d’esprit où est la pauvre enfant, ne soit détourné de son objet, et employé à des poursuites et à des voyages déplorables[3] qui consommeraient sa perte. — Enfin j’ai promis à ta mère et j’exécute ma promesse. —

Quand tu verras Bancel, remercie-le pour moi. J’aurai grande joie à lui serrer la main à Bruxelles. — Ci-incluse la lettre pour M. Rogeard. Mets-la sous enveloppe et envoie-la-lui. — Il a fait aujourd’hui un peu de soleil. J’en ai profité pour promener en cab deux dames, dont Julie. — Les chiffres que tu m’envoies me semblent graves. Mais M. Lacroix pourrait-il prouver ? S’il le peut, qu’il le fasse. Cela serait utile à lui comme à moi. — Le toutou continue d’être très bien portant, très gai, et très gâté par tout le monde sans exception. Il passe toutes ses soirées chez notre voisine. Il me prie de dire à Charles qu’il ne trouve pas une grande différence entre porter le titre de Boissy ou le nom de Sénat. Au point de vue politique, il se dévoue et il préfère Sénat. Le mariage de M. Marquand et de Mme de Garis est toujours fixé au 12. Je vous serre dans mes bras, mes trois bien-aimés.

V.

Renseignements pris à la Bank, l’argent a été touché à Halifax, par Ad.[4].

  1. Bibliothèque Nationale.
  2. Inédite.
  3. La souffrance d’un amour malheureux portait Adèle à se rendre partout où M. Pinson était envoyé par ses chefs. Elle espérait toujours que, touché par cette persévérance, il l’épouserait.
  4. Bibliothèque Nationale.