Page:Hugo - Œuvres complètes, Impr. nat., Correspondance, tome IV.djvu/130

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


Au Rédacteur du Globe[1].


Paris, le 5 novembre 1826.
Confidentielle,

J’étais venu pour avoir l’honneur de remercier monsieur le rédacteur du Globe. Il y a, dans l’article qu’il a bien voulu consacrer à quelques pièces de mon nouveau recueil[2] un accent de cordialité et de franchise qui donne pour moi un prix extrême à ses observations. Je ne lui cacherai pas cependant que j’eusse mieux aimé qu’il eût attendu pour en faire part à ses lecteurs que le volume entier pût être sous ses yeux. Il me paraît que son opinion eût été modifiée, en bien ou en mal, si, au lieu de cinq ou six pièces appartenant à la première division de ce volume, elle eût pu avoir pour fondement la lecture des vingt-trois odes et ballades qui composent le recueil. Or ce jugement préliminaire donné au public (au moment où l’ouvrage ne lui est pas encore livré) par un journal aussi grave et aussi remarquable que le Globe, a quelque chose de trop important pour que je n’eusse pas désiré qu’il eût été prononcé en toute connaissance de cause.

J’eusse donc, avec quelque plaisir que j’aie lu l’article du Globe, préféré que monsieur le rédacteur se fût borné pour le moment à une citation textuelle, sans critiques ni éloges, laissant au lecteur le soin de distinguer l’ivraie du bon grain, si bon grain il y a. Le livre publié, j’aurais reçu avec reconnaissance, comme je les recevrai encore, les remarques de monsieur le rédacteur du Globe, surtout s’il avait jugé à propos de les faire porter sur l’ensemble des trois volumes de poésie que j’ai déjà fait paraître, en considérant ces trois volumes comme trois époques dans ma vie et dans ce qu’il veut bien appeler mon talent. Je ne suis pas toujours d’accord avec le Globe, et surtout dans la circonstance présente, mes préventions d’auteur se joignant à mon insu peut-être à mes convictions philosophiques et littéraires, je dois être porté à trouver dans ce que cet utile journal publiera sur mon compte beaucoup d’erreurs mêlées à beaucoup de vérités. Mais je n’en attacherai pas moins un haut prix à la publication de l’opinion complète, générale et approfondie de monsieur le rédacteur du Globe sur mes compositions poétiques, dont les trois volumes lui seront ultérieurement envoyés.

  1. Inédite.
  2. Odes et Ballades. — Cet article, anonyme, était peu indulgent et les éloges étaient contrebalancés par de sévères jugements.