Page:Hugo - Œuvres complètes, Impr. nat., Correspondance, tome IV.djvu/364

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


passerait aisément pour un miracle. — J’ai dû changer de blanchisseuse, ayant découvert que la citoyenne Foliot me faisait payer à peu près le double de ce qu’on paie dans le pays. J’espère que vous ne direz pas que je ne vous envoie pas des nouvelles. La mort de Lincoln est une catastrophe ; un bonheur pour Lincoln que cela grandit, mais c’est un malheur pour la victoire des États-Unis que cela remet en question. Pourtant l’esclavage est mort. — Bien tendres embrassements à vous, mes bien-aimés.

Je dîne aujourd’hui chez notre voisine avec M. et Mme Marquand. M. Kesler en est[1].


À Paul Meurice[2].


H.-H., dim. [7 mai 1865].

Vous savez probablement l’incident du gonfalonier de Florence. Il a fallu répondre. Voici ma réponse. Voulez-vous, mon doux et noble ami, me rendre le service d’envoyer ces deux exemplaires, l’un au Progrès (Lyon), l’autre à la Gironde (Bordeaux), cela aura plus de chance d’arriver timbré de Paris que de Guernesey.

Je vous remercie, je suis à vous. Quand pourrai-je vous rendre toutes les charmantes bonnes grâces que je vous dois !

V.[3]


À Auguste Vacquerie[4].


H.-H., 1er juin.

J’ai reçu, cher Auguste, tous vos affectueux envois, j’ai vu tous les soins excellents que vous avez pris. Comment échapper avec vous à la monotonie du remercîment ? Je ne vois qu’un moyen, c’est de vous demander une nouvelle bonne grâce. Voulez-vous avoir la bonté de transmettre ces deux lettres à leurs adresses que j’ignore. Il paraît qu’on me reproche de répondre aux lettres que je reçois. Je prends mon parti de ce ridicule. Et puis je me lève au point du jour (couché avec les poules, il est vrai), et je travaille en marchant à grands pas sur mon toit. C’est là, dans ma solitude actuelle, à peu près mon unique distraction. Elle est sévère, comme vous voyez. Et vous, que faites-vous ? J’attends un succès de vous comme une aurore. O lux, quando te aspiciam ! — Parlez de moi à nos amis. Je suis à vous du fond du cœur.

V.[5]
  1. Communiquée par la librairie Cornuau.
  2. Inédite.
  3. Bibliothèque Nationale.
  4. Inédite.
  5. Bibliothèque Nationale.