Page:Hugo - Œuvres complètes, Impr. nat., En voyage, tome II.djvu/283

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


noble, mort il y a sept ans en ce même lieu, par la faute de la société qui ne sait ni élever l’enfant ni corriger l’homme. Une large forge béante, allumée dans un rez-de-chaussée à ma droite, illuminait confusément toute la place et jetait une clarté rougeâtre sur ce pavé sinistre. J’ai fait quelques pas pour m’éloigner, et, en m’en allant, un mélange de lune et de reflet de forge m’a montré, au coin d’une rue qui débouche sur le Vieux-Marché, cet écriteau : Rue des Trois-Têtes.