Page:Hugo - Œuvres complètes, Impr. nat., En voyage, tome II.djvu/540

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


gnifique Philippe IV. Le roi est féroce, le chien est bon. Une marine superbe de Ruysdaël. Admirables Van der Neer. Des Jean Steen. Belles esquisses de Rubens. Une reine d’Espagne (Bourbon) de Velasquez. Un Teniers prodigieux (l’Entrée du nocher en enfer) ; un très beau D. Juan d’Autriche de Coëllo, de magnifiques tableaux d’animaux et de nature morte.


31 août. — Oberlahnstein. Église romane (défaite), il ne reste que le tympan plein cintre du portail roman incrusté dans le mur d’enceinte. — Je dessine une vieille maison.

Hugo - Œuvres complètes, Impr. nat., En voyage, tome II p540.jpg


1er septembre. — Partis à 2 heures pour Saint-Goar.

Oberlahnstein beau et curieux. Ancienne forteresse du 13e siècle appartenant à l’archevêque de Mayence, avec la roue de Mayence sculptée sur la porte. Vieilles tours. Nous suivons la route de la rive droite. Point fréquentée. Ornières. Pas de parapet le long du Rhin. Quelque danger.

Beaux vieux villages. Braubach. En haut le Marckburg, d’un grand aspect. Oberspey. Nous arrivons à Boppart à 6 heures. Y a-t-il un bac ? Question. Un bac arrive. Étroit. Plat. Peu de bord. Nous nous y embar-