Page:Hugo - Œuvres complètes, Impr. nat., En voyage, tome II.djvu/55

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


20 août. — 1 heure de l’après-midi.

Je t’écris de l’auberge de Pierrefonds, mon Adèle, avec l’admirable ruine sous ma croisée. J’ai eu beaucoup de peine à venir jusqu’ici. Les voitures manquent. Je vais gagner Villers-Cotterets, et, si l’impériale d’une diligence ne me fait pas défaut, je serai peut-être en même temps que cette lettre à Paris. Mon cœur y est depuis longtemps.

Hugo - Œuvres complètes, Impr. nat., En voyage, tome II p55.jpg