Page:Hugo - Œuvres complètes, Impr. nat., Histoire, tome I.djvu/202

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


190 NAPOLEON-LE-PETIT.

DEUXIÈME PARTIE.

DEUIL ET FOI.

I

La Providence amène à maturité, par le seul fait de la vie universelle, les hommes, les choses, les événements. Il suffit, pour qu’un ancien monde s’évanouisse, que la civilisation, montant majestueusement vers son solstice, rayonne sur les vieilles institutions, sur les vieux préjugés, sur les vieilles lois, sur les vieilles mœurs. Ce rayonnement brûle le passé et le dévore. La civihsation éclaire, ceci est le fait visible, et en même temps elle consume, ceci est le fait mystérieux. A son influence, lentement, et sans secousse, ce qui doit décliner décline, ce qui doit vieillir vieillit ; les rides viennent aux choses condamnées, aux castes, aux codes, aux institutions, aux religions. Ce travail de décrépitude se fait en quelque sorte de lui-même. Décrépitude féconde, sous laquelle germe la vie nouvelle. Peu à peu la ruine se prépare ; de profondes lézardes qu’on ne voit pas se ramifient dans l’ombre et mettent en poudre au dedans cette formation séculaire qui fait encore masse au dehors ; et voilà qu’un beau jour, tout à coup, cet antique ensemble de faits vermoulus dont se composent les sociétés caduques devient ditformc ; l’édifice se disjoint, se décloue, surplombe. Alors tout ne tient plus à rien. Qu’il survienne un de ces géants propres aux révolutions, que ce géant lève la main, et tout est dit. 11 y a telle heure dans l’histoire où un coup de coude de Danton ferait crouler l’Europe. 1848 fut une de ces heures. La vieille Europe féodale, monarchique et papale, replâtrée si fatalement pour la France en 181 5, chancela. Mais Danton manquait.

L’écroulement n’eut pas lieu.

On a beaucoup dit, dans la phraséologie banale qui s’emploie en pareil cas, que 1848 avait ouvert un gouffre. Point. Le cadavre du passé était sur l’Europe ; il y est encore à l’heure qu’il est. 1848 ouvrit une fosse pour y jeter ce cadavre. C’est cette fosse qu’on a prise pour un gouffre. En 1848, tout ce qui tenait au passé, tout ce qui vivait du cadavre, vit de près cette fosse. Non seulement les rois sur leurs trônes, les cardinaux sous leurs barrettes, les juges à l’ombre de leur guillotine, les capitaines sur