Page:Hugo - Œuvres complètes, Impr. nat., Philosophie, tome I.djvu/13

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


BUT DE CETTE PUBLICATION


Mars 1834.


Il y a dans la vie de tout écrivain consciencieux un moment où il sent le besoin de compter avec le passé, de classer en ordre et de dater les diverses empreintes qu’il a prises de la forme de son esprit à différentes époques, de coordonner, tout en les mettant franchement en lumière, les contradictions plutôt superficielles que radicales de sa vie, et de montrer, s’il y a lieu, par quels rapports mystérieux et intimes les idées divergentes en apparence de sa première jeunesse se rattachent à la pensée unique et centrale qui s’est peu à peu dégagée du milieu d’elles et qui a fini par les résorber toutes.

D’ordinaire, ces sortes d’examens de conscience, quand ils sont faits avec bonne foi et candeur, produisent des livres du genre de celui-ci.

Ces deux volumes[1], en effet, ne sont autre chose que la collection de toutes les notes que l’auteur, dans la route littéraire et politique qu’il a déjà parcourue, a écrites çà et là, chemin faisant, depuis quinze ans qu’il marche. Ce livre, qui ne peut offrir d’ailleurs quelque intérêt qu’aux personnes qui aimeraient à voir de quelle façon et à quel point un esprit loyal peut se transformer par la critique de lui-même, dans nos temps de révolution sociale et intellectuelle, ce livre est le complément nécessaire et naturel de la série des œuvres de l’auteur. Chacune des sections qu’il renferme correspond à l’un des termes de cette série ; chacun de ces morceaux a été écrit en même temps que quelqu’un des ouvrages qui la composent, et représente, pour qui sait bien voir, le même groupe d’idées. Ainsi le Journal d’un jacobite de 1819

  1. L’édition originale était en deux volumes. (Note de l’éditeur.)