Page:Hugo - Œuvres complètes, Impr. nat., Poésie, tome I.djvu/284

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


À l’ombre d’un enfant


Oh ! parmi les soleils, les sphères, les étoiles,
Les portiques d’azur, les palais de saphir,
Parmi les saints rayons, parmi les sacrés voiles
Qu’agite un éternel zéphyr ;


Dans le torrent d’amour où toute âme se noie,
Où s’abreuve de feux le séraphin brûlant,
Dans l’orbe flamboyant qui sans cesse tournoie
Autour du trône étincelant ;


Parmi les jeux sans fin des âmes enfantines
Quand leurs soins, d’un vieil astre, égaré dans les cieux,
Avec de longs efforts et des voix argentines,
Guident les chancelants essieux ;


Ou lorsqu’entre ses bras quelque vierge ravie
Les prend, d’un sain baiser leur imprime le sceau,
Et rit, leur demandant si l’aspect de la vie
Les effrayait dans leur berceau ;


Ou qu’enfin, dans son arche éclatante et profonde,
Rangeant de cieux en cieux son cortège ébloui,
Jésus, pour accomplir ce qui fut dit au monde,
Les place le plus près de lui ;