Page:Hugo - Œuvres complètes, Impr. nat., Poésie, tome I.djvu/96

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


Mais un autre baptême, hélas ! attend encore
Le front infortuné des rois. –
Des jours viendront, jeune homme, où ton âme troublée,
Du fardeau d’un peuple accablée
Frémira d’un effroi pieux,
Quand l’évêque sur toi répandra l’huile austère,
Formidable présent qu’aux maîtres de la terre
La colombe apporta des cieux.


Alors, ô roi chrétien ! au Seigneur sois semblable ;
Sache être grand par toi, comme il est grand par lui ;
Car le sceptre devient un fardeau redoutable
Dès qu’on veut s’en faire un appui.
Un vrai roi sur sa tête unit toutes les gloires ;
Et si, dans ses justes victoires,
Par la mort il est arrêté,
Il voit, comme Bayard, une croix dans son glaive,
Et ne fait, quand le ciel à la terre l’enlève,
Que changer d’immortalité !


À LA MUSE



Je vais, ô Muse ! où tu m’envoies ;
Je ne sais que verser des pleurs ;
Mais qu’il soit fidèle à leurs joies,
Ce luth fidèle à leurs douleurs !
Ma voix, dans leur récente histoire,
N’a point, sur des tons de victoire,
Appris à louer le Seigneur.
O roi, victimes couronnées !
Lorsqu’on chante vos destinées,
On sait mal chanter le bonheur.

Mai 1821