Page:Hugo - Œuvres complètes, Impr. nat., Poésie, tome IX.djvu/37

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.


Toujours songer, pleurant sur le mal châtié,
Au moyen de changer la lumière en pitié ;
Quoi ! parce que ces rois, quoi ! parce que ces ombres,
Parce que ces faiseurs de cendre et de décombres
Sont venus à sa porte, et durs, fiers, belliqueux,
Ont dit : sois avec nous ! — cet homme est avec eux!
Quoi ! cet homme, le monde étant dans les ténèbres,
Offrait dans son bazar aux acheteurs funèbres,
Ô terreur ! le rayon qui blanchissait le ciel !
Lui l’éclaireur suprême et providentiel,
IL bénissait l’affreuse éruption des laves !
Cet homme s’était fait marchand de ces esclaves,
La vérité, l’honneur, la justice et la loi,
Prenait le droit au peuple et le donnait au roi ;
Priait pour ce qui tue et contre ce qui tombe !
Cet homme a fait lancer la foudre à la colombe !
Il a fait de Jésus le valet d’Attila!
Quoi ! l’on eût dit de moi : Regardez, le voilà!
Il avait en dépôt notre âme, il l’a perdue.
L’aurore se levait, cet homme l’a vendue !
Il a prostitué l’étoile du matin !:
Non ! non !



LE PATRIARCHE

Vous blasphémez, pape !



LE PAPE

                                       Prêtre hautain,
Sois humble! Autel doré, dédore-toi, rayonne !
Plaie au flanc du Christ, bouche auguste qu’on bâillonne
Ouvre tes lèvres, parle, et dis la vérité !
Rentre en ton patrimoine, homme déshérité.
Femmes, enfants, ayez des droits. Peuple, aie une âme.
A moi, prêtres ! Prêchez le vrai que je proclame ;
Soyez simples de cœur. Soyez, sous le ciel bleu,
Près des petits enfants pour être près de Dieu.