Page:Hugo - Œuvres complètes, Impr. nat., Poésie, tome VII.djvu/236

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



La grâce est tout leur mouvement,
La volupté toute leur vie ;
Pendant qu’ils volent vaguement,
La feuillée immense est ravie.

L’oiseau va moins haut que Psyché.
C’est l’ivresse dans la nuée.
Vénus semble l’avoir lâché
De sa ceinture dénouée.

Il habite le demi-jour ;
Le plaisir est sa loi secrète.
C’est du temple que sort l’amour,
C’est du nid que vient l’amourette.

L’oiseau s’enfuit dans l’infini
Et s’y perd comme un son de lyre.
Avec sa queue il dit nenni
Comme Jeanne avec son sourire.

Que lui faut-il ? un réséda,
Un myrte, une ombre, une cachette.
Esprit, tu voudrais Velléda ;
Oiseau, tu chercherais Fanchette.

Colibri, comme Ithuriel,
Appartient à la zone bleue.
L’ange est de la cité du ciel ;
Les oiseaux sont de la banlieue.


16 août 1859.