Page:Hugo - Œuvres complètes, Impr. nat., Poésie, tome VII.djvu/284

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



Il entrevoit des monts difformes,
Des Ossas et des Pelions,
À travers les songes énormes
Que peuvent faire les lions.

Tout se tait sur la roche plate
Où ses pas tout à l’heure erraient.
S’il remuait sa grosse patte,
Que de mouches s’envoleraient !


20 septembre 1865, route de Vianden à Clervaux.