Page:Hugo - Œuvres complètes, Impr. nat., Poésie, tome VII.djvu/45

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.



VII


GENIO LIBRI.


Ô toi qui dans mon âme vibres,
Ô mon cher esprit familier,
Les espaces sont clairs et libres,
J’y consens, défais ton collier.

Mêle les dieux, confonds les styles,
Accouple au pæan les agnus ;
Fais dans les grands cloîtres hostiles
Danser les nymphes aux seins nus.

Sois de France, sois de Corinthe,
Réveille au bruit de ton clairon
Pégase fourbu qu’on éreinte
Au vieux coche de Campistron.

Tresse l’acanthe et la liane ;
Grise l’augure avec l’abbé ;
Que David contemple Diane,
Qu’Actéon guette Bethsabé.

Du nez de Minerve indignée
Au crâne chauve de saint Paul
Suspends la toile d’araignée
Qui prendra les rimes au vol.