Page:Hugo - Œuvres complètes, Impr. nat., Poésie, tome VII.djvu/63

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



Le capricieux des ténèbres,
Cupidon, compose, ô destin !
De toutes ces choses funèbres
Son éclat de rire enfantin.

Fatal amour ! charmant, morose,
Taquin, il prend le mal au mot ;
D’autant plus sombre qu’il est rose,
D’autant plus dieu qu’il est marmot !


5 octobre 1859.