Page:Hugo - Œuvres complètes, Impr. nat., Poésie, tome VII.djvu/68

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



Je me souviens qu’en mon bas âge,
Ayant à peine dix-sept ans,
Ma candeur un jour fit usage
De tous ces vieux rameaux flottants.

J’employai, rôdant avec celle
Qu’admiraient mes regards heureux,
Toute cette ombre où l’on chancelle,
À me rendre plus amoureux.

Nous fîmes des canapés d’herbes ;
Nous nous grisâmes de lilas ;
Nous palpitions, joyeux, superbes,
Éblouis, innocents, hélas !

Penchés sur tout, nous respirâmes
L’arbre, le pré, la fleur, Vénus ;
Ivres, nous remplissions nos âmes
De tous les souffles inconnus.

Nos baisers devenaient étranges,
De sorte que, sous ces berceaux,
Après avoir été deux anges,
Nous n’étions plus que deux oiseaux.

C’était l’heure où le nid se couche,
Où dans le soir tout se confond ;
Une grande lune farouche
Rougissait dans le bois profond.

L’enfant, douce comme une fête,
Qui m’avait en chantant suivi,
Commençait, pâle et stupéfaite,
À trembler de mon œil ravi ;