Page:Hugo - Œuvres complètes, Impr. nat., Poésie, tome X.djvu/241

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée



Zabeth.

Je vous le rends.


Gallus.

Ciel ! Mais c’est un poison ! La mort terrible et prompte !


Zabeth.

Boire la mort n’est rien quand on a bu la honte.
Elle s’affaisse sur un fauteuil.
Adieu. Je prends mon vol, triste oiseau des forêts.
Personne ne m’aima. Je meurs.
Elle expire.
Gallus, se jetant à ses pieds.
Je t’adorais !

4 mars. --3 avril 1869.