Page:Hugo - Œuvres complètes, Impr. nat., Poésie, tome X.djvu/365

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée





I

Semons ce qui demeure, ô passants que nous sommes !
Le sort est un abîme, et ses flots sont amers.
Au bord du noir destin, frères, semons des hommes,
Et des chênes au bord des mers !

Nous sommes envoyés, bannis, sur ce calvaire,
Pour être vus de loin, d’en bas, par nos vainqueurs,
Et pour faire germer par l’exemple sévère
Des cœurs semblables à nos cœurs.

Et nous avons aussi le devoir, ô nature,
D’allumer des clartés sous ton fauve sourcil,
Et de mettre à ces rocs la grande signature
De l’avenir et de l’exil.

Sachez que nous pouvons faire sortir de terre
Le chêne triomphal que l’univers attend,
Et faire frissonner dans son feuillage austère
L’idée au sourire éclatant.

La matière aime et veut que notre appel l’émeuve ;
Le globe est sous l’esprit, et le grand verbe humain