Page:Hugo - Œuvres complètes, Impr. nat., Poésie, tome X.djvu/40

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée



L’horreur à l’empire est mêlée.
On a sur le trône étalé
Une pourpre coagulée
Qui de l’échafaud a coulé.

Un homme règne, un homme fauche ;
Soit. J’ai toujours cru qu’on verrait
Se marier de la main gauche
L’épée avec le couperet.

1851