Page:Hugo - Œuvres complètes, Impr. nat., Poésie, tome X.djvu/81

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


Quoi ! Privilégier ce qui n’est plus ! Quoi ! Faire
Des grands et des petits dans l’insondable sphère !
Traiter Jean comme peste et Paul comme parfum !
Être mort, et vouloir encore être quelqu’un !
Quoi ! Dans le pourrissoir emporter l’opulence !
Faire sonner son or dans l’éternel silence !
Avoir, de par cet or dont sur terre on brilla,
Droit de tomber en poudre ici plutôt que là !
Arriver dans la nuit ainsi que des lumières !
Prendre dans le tombeau des places de premières !
Ne pas entendre Dieu qui dit au riche : assez !
Je cesserai d’en rire, ô vivants insensés,
Le jour où j’apprendrai que c’est vrai, que, dans l’ombre
De l’incommensurable et ténébreux décombre,
L’archange à l’aile noire, assis à son bureau,
Toise les morts, leur donne à tous un numéro,
Discute leur obole, or ou plomb, vraie ou fausse,
Et la pèse, et marchande au squelette sa fosse !
Le jour où j’apprendrai que la chose est ainsi,
Que Lucullus sous terre est du fumier choisi,
Que le bouton d’or perd ou double sa richesse
S’il sort d’une grisette ou bien d’une duchesse,
Qu’un lys qui naît d’un pauvre est noir comme charbon,
Que, mort, Lazare infecte et qu’Aguado sent bon !
Le jour où j’apprendrai que dans l’azur terrible
L’éternel a des trous inégaux à son crible ;
Et que, dans le ciel sombre effroi de vos remords,
S’il voit passer, porté par quatre croque-morts,
Un cadavre fétide et hideux, le tonnerre
Demande à l’ouragan : est-ce un millionnaire ?
Le jour où j’apprendrai que la tombe, en effet,
Que l’abîme, selon le tarif du préfet,
Trafique de sa nuit et de son épouvante,
Et que la mort a mis les vers de terre en vente !

Mars 1870.