Page:Hugo - Œuvres complètes, Impr. nat., Poésie, tome X.djvu/95

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


Et, végétation du sombre esprit de l’homme,
On voit, courbés d’un souffle à de certains moments,
Croître entre les créneaux des hauts entablements
Des arbres monstrueux et vagues dont les tiges
Frissonnent dans l’azur lugubre des vertiges.
Et de ces arbres noirs par instants tombe un fruit
À la foule des mains ouvertes dans la nuit ;
Quel fruit ? Demande au vent qui hurle et se déchaîne !
Quel fruit ? Le fruit d’erreur. Quel fruit ? Le fruit de haine ;
La pomme d’Ève avec la pomme de Vénus.

Ô tour ! Construction des maçons inconnus !
Elle monte, elle monte, et monte, et monte encore,
Encore, et l’on dirait que le ciel la dévore ;
Et tandis que tout sage ou fou qui passe met
Une pierre de plus à son brumeux sommet,
Sans cesse par la base elle croule et s’effondre
Dans l’ombre où Satan vient avec Dieu se confondre ;
Gouffre où l’on n’entend rien que le vent qui poursuit
Ces deux larves au fond d’un tremblement de nuit !