Page:Hugo - Œuvres complètes, Impr. nat., Poésie, tome XIII.djvu/217

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


La mort vide vos escarcelles,
O vieilles gens, ô vieilles gens.
Les tourtereaux aux molles ailes
Sont plumés par les tourterelles ;
Bouches roses et becs rongeants ;
O jeunes gens, ô jeunes gens.

27 novembre 1853.